Yann-Varc’h Furon

Depuis toujours, la France lorgna sur la Bretagne. Autrefois Nation reconnue, il aura fallu qu’un François 1er se joue du Droit international pour spolier les droits d’une Nation, puis de la Révolution française pour spolier ceux du peuple breton. Et aujourd’hui, les Bretons, réduits à réclamer le retour de la Loire-Atlantique dans sa région administrative Bretagne, passent pour des passéistes, des rêveurs…

Le château des Ducs de Bretagne – que l’équipe municipale actuelle essaya de rebaptiser “château de Nantes”, au même titre que fut tenté de classer le pays nantais parmi les sites des châteaux de la Loire (pas de bol, l’UNESCO veille) – a beau tenir place au centre de la cité, et vous entendrez des habitants nier que Nantes fut en Bretagne. Pour la majorité de la population dont l’instruction se résume à un passage sur les bancs des écoles de la République et à la consommation de médias, il est patent qu’elle est victime de propagande et de révisionnisme. 

Complotisme? Nombreux sont les exemples; il suffit de se donner la peine de chercher un peu. Des livres existent, et même des musées. Exemple: qui a connaissance, qui pourrait croire que les républicains sont capables d’ignominies pire que celles perpétrées par les troupes du IIIème Reich? Au musée Dobrée, témoigne une peau humaine tannée, immonde fin d’un vendéen…

Il est incohérent pour un pays de se priver d’une région forte! Paris préfère pourtant de refuser toute Réunification, pour des raisons évidentes: réunir les cinq départements bretons, permettrait d’avoir une région cohérente, plus puissante économiquement, mais il y a ce spectre de l’identité qui risquerait de resurgir… Et alors? Que fait-on en attendant de notre droit? Où est la traduction de la Démocratie quand un pays retoque systématiquement une volonté populaire qui se traduit clairement lors des sondages et des manifestations…?

Peut-on entretenir un quelconque espoir pour les Municipales 2020? On peut toujours rêver! Mais l’expérience démontre que les élus d’aujourd’hui, pour la majorité d’entre eux, donnent toujours priorité au parti qui les a intronisé plutôt qu’au Peuple qui les a élu. Démocratie?