Kévin Jezequel

En 2018 et 2019, j’ai participé à Nantes aux collectes pour obtenir les plus de 100 000 signatures visant à demander un referendum sur la réunification de la Bretagne.

Le retour de la rue est sans appel : désenchantement, discrédit des élus voire du vote et du processus démocratique lui-même. Cela sur un territoire pourtant réputé pour sa cohésion sociale et le civisme de ses habitants.

Les habitants de Loire-Atlantique se sont exprimés de nombreuses manières : multiples enquêtes d’opinion depuis 30 ans (donnant systématiquement une majorité des deux tiers pour un changement de région), pétition des 100 000, multiples vœux des communes, positionnements publics de nombreux acteurs politiques, associatifs, économiques notamment.

Tous les voyants sont au vert pour consulter les électeurs sur la réunification, autrement dit la création d’une collectivité régionale regroupant les cinq départements bretons.

Faire voter les citoyens sur la réunification permettrait, simplement, de donner un peu de sens au terme de démocratie locale.