Jeannick Fraix

Jeannick en hommage à mon oncle Jean Fraix fusillé par les nazis en 1943 en tant que résistant et communiste. Une rue et un arrêt de bus portent son nom à Rezé.

Jeannick en « femmage » (néologisme assumé) à ma famille maternelle. Ma grand-mère Marguerite CARO venait d’une vieille famille bretonne. Un de nos ancêtres combattit à la bataille des Trente en 1351 près de Josselin. Ma fille aînée s’appelle Anne en femmage à la patronne de la Bretagne. Mon fils se nomme Erwan et ma benjamine Gwenaëlle. Je suis née à Rezé mais j’ai passé toute mon enfance sur l’île de Nantes (collège Aristide Briand). J’allais régulièrement avec mon grand-père quai des Antilles pour voir les bananiers décharger les bananes.

J’ai beaucoup voyagé à l’étranger. On y connaît les grandes régions historiques telles que la Bretagne, la Normandie, l’Anjou, l’Aquitaine, la Bourgogne. Mais pas du tout les Pays de la Loire. La vallée de la Loire avec ses châteaux oui bien sûr. Mon grand souhait est une Bretagne à 5 départements comme cela était avant le régime de Pétain. Non au gros mot « Le grand Ouest ». Naoned e Breizh !

J’appartiens à plusieurs associations féministes. Je prépare une conférence sur les femmes bretonnes parce qu’elles sont impressionNantes, surpreNantes, rayonNantes. De Bodica, reine celte à Nathalie Lemel, sans oublier Constance de Theïs, autrice d’un magnifique poème « Epître aux Femmes ».

La conférence sera organisée par l’ACB, l’Agence Culturelle Bretonne, et aura lieu le mardi 7 avril, au centre culturel breton Yezhoù ha Sevenadur de Saint-Herblain.