Jean-Pierre Coïc, Délégué Produit en Bretagne pour le 44

Avocat depuis 30 ans, je suis revenu au pays, en Bretagne, à Nantes, depuis une dizaine d’années. Le breton aime voir le monde, mais il finit toujours par revenir au port … Mon cabinet a sollicité son adhésion à l’association Produit en Bretagne car celle-ci permettait d’allier le goût de l’entreprise et l’amour du territoire. Produit en Bretagne favorise en effet, la culture bretonne, le localisme, le développement de l’emploi et le monde de l’entreprise, quel programme ! Nous avons passé avec succès les épreuves d’entrée et l’accueil a été formidable. Il y a près de trente ans déjà, en avance sur son temps, Produit en Bretagne passait une publicité dans le Télégramme le 3 mars 1994 dont l’annonce était claire :”Créer des emplois avec son caddy“. Nombreux sont ceux qui se souviennent encore du slogan “Je ne mange pas ! je relocalise“. Depuis sa fondation l’association n’a pas cessé d’œuvrer pour l’économie, certes, mais également pour la culture et la langue bretonne. Produit en Bretagne porte, et elle n’est pas la seule, le projet d’une “Bretagne belle, prospère, solidaire et ouverte sur le monde” et tous ses membres, ensemble tendent vers ce but commun.


La Bretagne dont il s’agit, s’entend bien évidemment de la Bretagne à cinq départements, B5 comme ils disent. La Loire-Atlantique est en Bretagne, quiconque penserait le contraire ne pourrait adhérer à l’association ! Les entreprises adhérentes à Produit en Bretagne, emploient plus de 19.000 salariés dans le département de Loire-Atlantique.


Les raisons sont historiques, culturelles, et de mille autres natures, mais elles sont également humaines. L’aventure humaine de Produit en Bretagne ne peut se comprendre sans un détour par les valeurs fondatrices : la solidarité, l’éthique, le respect de l’Homme, l’audace, l’ouverture. Ces comportements sont un dénominateur commun aux femmes et aux hommes qui peuplent notre territoire, de Brest à Clisson. Et la cohésion est un moteur extraordinaire de développement. Partout s’affiche l’amour du territoire breton, de sa cuisine, de sa culture, de son histoire. Il convient de traduire cet engouement en dynamique, au profit du territoire et de l’emploi. La dimension d’une Bretagne à cinq départements permettra cet essor : l’image extrêmement positive dont bénéficie la Bretagne dans le monde, et la cohésion que lui donnera la réunification, en seront le carburant. La Bretagne disposera alors d’un poids significatif en Europe qui lui fait défaut aujourd’hui. Pour recourir à un raccourci quelque peu provocateur, prenez un produit alimentaire, présentez le à la vente illustré avec un drapeau breton d’un côté de votre étal, et revêtu d’un drapeau des Pays de Loire de l’autre ; lequel sera vendu le premier ?


D’ailleurs, la Bretagne à cinq départements existe déjà, et depuis fort longtemps : c’est la Bretagne judiciaire, dont relèvent les avocats, les notaires, les huissiers, les magistrats, les greffes, les Tribunaux de Grande Instance, les tribunaux d’instance, les tribunaux de commerce, les conseils des Prud’hommes, … En effet, toutes ces professions et juridictions sont dans le ressort de la Cour d’appel de Rennes, qui siège au Parlement … de Bretagne. Exemple à suivre.

Jean-Pierre Coïc