Jean-Louis Jossic, Chanteur de Tri Yann

Dépassant l’évidence d’une appartenance historique et culturelle à la Bretagne, je veux dire d’abord mon écœurement vis à vis de ces faux démocrates qui refusent un référendum sur la réunification (tant ils en savent le résultat !), une conseillère départementale (Danielle Rival) refusant ledit référendum en ayant pour seule argumentation que elle, à titre personnel est contre. Elle s’érige ainsi en référendum à elle toute seule (?) 

Et que dire du président du département (Philippe Grosvalet) qui prétend qu’un tel référendum c’est trop cher ?… Alors que la loi le prévoit et qu’il s’agit d’une question impactante pour des siècles ! Donc avec un coût misérable rapporté à l’année.

Mais ils prétendent donner la priorité à l’économique dont ils s’érigent en experts, tournant le dos à l’immense chance qu’est l’ouverture vers la mer, Ligériens d’une région dont le fleuve ensommeillé ne traverse que deux de ses cinq départements. 

Qui plaisante ? Qui est dans le folklore ???

Ils se réfugient dans l’économie en commettant un contresens total, autistes refusant de comprendre à quel point l’image « Bretagne » , par sa visibilité et sa reconnaissance comme critère de qualité, d’originalité et de créativité est « vendeuse »  dans le monde entier. (Savent-ils par exemple qu’Armorlux a vendu du textile aux Chinois lors des J.O. de Pékin ?)

Veulent-ils ignorer que le label « Produit en Bretagne », accolé jusqu’à des bouteilles de gamay d’Ancenis, participe au développement de plus de 100 entreprises, créatrices de 100.000 emplois ? Imaginerait-on un label « Produit en Pays-de-la-Loire », fer de lance émoussé avant même de pouvoir exister d’une région insituable, ventant les seuls poulets de Loué et rillettes de Connerré ? Fermez le ban.

Rappelons leur cette sentence de Victor Hugo : « On n’arrête pas une idée en marche ».