Jean-Claude Assolant, journaliste retraité

Enfant, en jouant sur la plage de St Nazaire avec mes petits camarades, on s’interpellait joyeusement en criant « fais gaffe c’est une margouille ». J’ai appris plus tard, en visitant l’exposition sur le parlé breton en presqu’île guérandaise à Batz sur Mer (Bourc’h Baz), que ce mot désignait la méduse.

Adolescent, je parcourais cette même presqu’île à vélo, étonné par le nombre de villas baptisées de nombreux prénoms, précédés du fameux « KER ».

Sur la plage de La Baule flottait alors, sur le pavillon des HSB, les Hospitaliers Sauveteurs Bretons, prédécesseurs de la SNSM.

Professionnel, au sein de la rédaction régionale de France 3 à Nantes, je n’ai eu aucun mal, au cours de ma carrière, à parler de derby breton, lors des rencontres entre les deux équipes de football de Nantes et de Rennes.

L’appellation d’origine incontrôlée de la région héritée d’un décret de Vichy me dérange, encore plus le gentilé qui s’y réfère.

Chassez le naturel, il revient au galop : je suis Français vivant en Bretagne, je suis Breton d’adoption.