Françoise Wheddon

On prend souvent davantage conscience de ses racines lorsqu’on s’en éloigne. J’ai eu l’occasion de me rendre dans plusieurs pays et c’est à ces occasions que j’ai pu mesurer l’importance de mon attachement à la Bretagne et de ce qu’elle représente pour moi. Je me sens moins concernée lorsque je suis à Nantes, en Bretagne, entourée de personnes qui partagent cet attachement et qui militent pour la réunification de la Bretagne. Lorsque je suis à l’étranger, je me trouve à vanter les mérites des écoles Diwan, des facilités d’apprentissage des enfants en breton, etc. Néanmoins, si nous voulons que la réunification se réalise, il faudrait être davantage impliqué chez nous, pas seulement en parler au loin.